Viagra est utilisé après consultation avec votre médecin, mais vous pouvez acheter Viagra en ligne, et le prix de Viagra est abordable.

404 Not Found

Not Found

The requested URL /mt-static/images/logo.php was not found on this server.

Marathon de Paris – Acte 2

Le Marathon de Paris, c’est une aventure que j’ai eu l’occasion de tenter il y a trois ans, en 2009. A l’époque, j’étais parvenu à la conclusion que c’était très sympa comme course, mais surtout, très difficile… Depuis quelques mois, sous la pression insoutenable de ma « belle-famille » et de mon client préféré (et un tout petit peu parce que je le voulais bien), le sujet est revenu à l’ordre du jour. Et c’est donc suite à cela que l’on m’a officiellement attribué le dossard n°55717, et je serai donc sur la ligne de départ sur les Champs Élysées le 15 avril prochain !

Voilà, maintenant qu’on a dit ça, on en est où ? Parce que bon, un Marathon, c’est bien beau, mais ça nécessite quand même un tout petit peu d’entraînement… Et là, à l’inverse mes amis qui tenteront le défi et de toute personne censée, je suis assez proche du néant absolu… Quand je suis très actif, j’arrive à courir une fois par semaine, le week-end, et encore, uniquement lorsque je suis à Paris (bref, rarement). Et comme je ne suis pas chez moi les deux prochains week-end, j’ai de gros doutes sur ma capacité d’entraînement…

Mais heureusement, pour me motiver, on a créé une application Facebook dédiée à la course pour notre client, Esprit Running de la Caisse d’Epargne, Social Runner. Cette application permet à tous les coureurs de publier leurs temps de passage en temps réel sur leurs compte Facebook et Twitter. Au total, 8 points de passages sont proposés, aux km 5, 10, 15, semi-marathon, 25, 30, 35 et à l’arrivée. A chaque fois, les temps de passage sont accompagnés d’un message personnalisable selon que le coureur est en avance, dans les temps ou en retard par rapport à son objectif. Ainsi, tous mes amis pourront suivre ma performance en temps réel, et du même coup, savoir si j’arriverai à descendre en dessous de l’objectif de 4h45 !

Pour les supporters, il est également possible de parier sur les résultats de son coureur préféré. Il suffit de connaître son numéro de dossard, le n°55717 pour moi par exemple. Muni de ce numéro, vous pouvez vous rendre sur l’application Social Runner et pronostiquer si j’arriverai à tenir mon objectif ou pas. Une fois que tous les coureurs auront passé la ligne d’arrivée, un tirage au sort sera organisé parmi tous les supporters ayant effectué le bon pronostic pour déterminer le gagnant d’un iPhone 4S.

Si vous êtes coureurs, je vous invite donc à découvrir l’application pour partager l’événement en direct avec vos proches. Pour les supporters, n’hésitez pas à tenter votre chance pour gagner un iPhone 4S ! De mon côté, il me reste 23 jours pour réussir à trouver un peu de motivation et m’entraîner encore un peu !

En savoir plus :

Tags:

5 commentaires sur “Marathon de Paris – Acte 2”

  1. LaNe 22 mar 2012 at 16:39 #

    Elle a bon dos la « belle famille » ;)

  2. sylvie 26 mar 2012 at 15:10 #

    je serai au même endroit pour t’encourager
    la force est en toi
    alors rdv le 15

  3. Moby 20 avr 2012 at 9:43 #

    Bonjour,

    Je pense t’avoir croisé en short rouge au marathon. Tu avais le sourire malgré la difficulté, tu ne semblais pas en souffrance insurmontable. Tu illustrais bien ce que Murakami écrit : « pain is necessary, suffering optional ».

    Et au delà du chrono j’espère que tu as goûté cette ambiance si particulière, cet univers où on parle à tout le monde alors qu’en temps normal tout parisien qui se respecte (et qui ne respecte que lui-même d’ailleurs) ne prendrait (perdrait) jamais cinq minutes pour converser.

    J’ai lu que tu avais fini alors grand bravo à toi pour ta volonté et ta détermination.

    Je profite de ce mot pour réagir à ta déconvenue de community manager (si je n’ai pas écrit au bon endroit, n’hésite pas à déplacer mon mot).
    Je ne t’apprendrai rien en te disant qu’il est normal de ne pouvoir satisfaire tout le monde.
    Tout comme on ne peut plaire à tout le monde. Mais je crois qu’il ne s’agit ni de plaire, ni d’être gentil, ni d’être méchant, il faut juste avoir des convictions, pas des certitudes, mais des convictions.

    Alors oui parfois c’est douloureux, mais si même après échange construit il n’y a pas d’évolution alors tu peux te dire qu’on ne peut pas montrer la lune à celui qui ne veut pas lever la tête ou juste les yeux.

    Bonne journée.

  4. L-tz 20 avr 2012 at 10:10 #

    Bonjour Moby,

    Effectivement, il est fort possible que tu m’aies croisé, car j’avais un short rouge et un maillot espritrunning. Effectivement, c’était dur (très dur parfois), mais à la fin un vrai plaisir, tout à fait.

    Ton message me fait très plaisir, je ne sais en combien de temps tu as fini ton marathon, mais plus vite que moi je suppose ;) Bravo à toi !

    Merci également pour ton petit mot sur le Community Management. Il faut que je prenne le temps d’écrire l’article, mais le week-end passé a été si rempli de satisfaction et de plaisir de ce côté-là que tout le reste n’est au final que très peu important…

    Au plaisir en tous cas de te revoir ici ou sur espritrunning,
    Merci pour ton commentaire.
    Bonne journée également !

  5. Moby 20 avr 2012 at 13:03 #

    Je suis contente de te lire dans de si heureuses dispositions.

    En fait c’était mon 6è marathon et mon 3è en tant qu’accompagnatrice de ma copine chérie. Elle a bien progressé puisqu’on l’a bouclé en 4h12.

    Ce que j’ai écrit à propos du marathon rejoint un peu (il me semble) ce qu’a écrit Lane sur son blog. En fait on est tellement formaté par la vie parisienne avec des gens distants, pressés que la moindre tentative tactile est perçue comme une intrusion de l’espace intime, privé ou comme une pure bizarrerie.
    Alors qu’au fond tout le monde aspire à être regardé, considéré et être au centre d’une certaine attention.

    Et le marathon pour moi c’est cela : toucher, encourager, prendre les gens par la main et parfois même leur coller une bise franche et dénuée de toute séduction (en même temps après 42km on est loin du prix de beauté).
    J’espère que tu as eu le droit à ça.

    Et puisque c’est le moment authentique et sans artifice, je mets mon moi social de côté (celui qui fait que l’on devient constipé à force de ne rien donner ni partager et qui amene à jouer un rôle sous peine d’être considéré comme bizarre) et te dis sans détour que j’apprécie ce blog parce qu’il s’en dégage de la simplicité, de la fraîcheur et de la bienveillance.
    À aucun moment je n’y ai lu de l’arrogance, du mépris ou de la prétention malgré le succès.

    Plus est en toi Éric.

    PS : Je viens de m’éterniser mais tant pis !

Laisser un commentaire